Interpreting Michelle OBAMA

MAKING OF:

“Quiero pensar que ésta no es mi mejor simultánea :-). En este caso el reto era enfrentarse a un discurso desconocido, interpretándolo sin texto y sin preparación alguna: es decir, una situación bastante habitual en la vida real de un intérprete. Si el orador habla con espontaneidad y a un ritmo natural, es perfectamente factible. Michelle Obama no habla excesivamente rápido, pero en realidad su discurso está preparado, es más denso que una alocución espontánea, no presenta ninguna de las repeticiones y redundancias que caracterizan al discurso hablado. Hay partes donde me ha costado bastante seguirlo y he tenido que simplificar el original, intentando mantener el mensaje esencial. Una dificultad adicional para mí ha sido que no estoy acostumbrada a este tipo de discursos: tengo, después de 25 años de trabajo, todo tipo de automatismos para conceptos como exacciones arancelarias o límites de residuos, pero es la primera vez que tengo que contar la historia de una cita romántica :-).

¡Me ha parecido dificilísimo!”

Marta IGARTUA es intérprete permanente de la DG INTERPRETACIÓN, SCIC, COMISIÓN EUROPEA.

[Esta interpretación simultánea es totalmente real: realizada sin preparación previa ni guión escrito]

My simultaneous kit

BEST OF: “España ha dejado de ser católica”

MAKING OF: “España ha dejado de ser católica”

PREPARATION: “España ha dejado de ser católica”

Don’t start speaking until you know you can complete a grammatical sentence…

but you don’t have to complete the sentence you originally had in mind nor the same sentence the speaker finishes.

1. Don’t start speaking until you know you can complete a grammatical sentence. Any sentence, no matter how short, but  you must be able to finish a sentence.

(Any grammatical sentence….but if the speaker stops mid way and changes tack it’s the interpreter who looks like a fool. One of the fundamental rules of learning to interpret is “finish you sentences!”).

2. But you don’t have to complete the sentence you originally had in mind.

(The interpreter can change his/her mind while speaking and come up with a better sentence than the original idea, no harm in that but because there was always a complete sentence in mind the interpreter has a safety net.)

3. nor the same sentence the speaker finishes.

(The speaker may well launch himself into long complex sentence structures which he may well get tangled up in…the interpreter can create shorter sentences from that long one to gain clarity. Jones calls this the salami technique.)

Jones’ example goes something like this…..

Imagine the speaker begins as follows,

“Despite the ruling of the European Court of Justice last month, the UK government has decided not to change its much criticised and controversial policy on the disposal of waste products from hospitals.”

By the time the intepreter has heard the words “last month” he can form a grammatical sentence, for example, “The ECJ made a ruling last month.” This may seem simplistic but as we said above it is a safety net, and can be changed as we go along. What is crucial is that the interpreter start with a whole sentence in mind.

As the speaker continues the interpreter may for example aim to continue,

“The ECJ made a ruling last month, despite which the UK government has not decided to change policy.”

The interpreter may also leave the original sentence and start a new one.

“The ECJ made a ruling last month. Despite this the UK government has not decided to change policy.”

It his is a technique and as such it needs to be practised. Knowing this in theory will not help you. Making its application the goal of practice sessions over a number of days or weeks will. Initially it will seem to make interpreting more difficult because it is new to us and because it is a technique that is not natural – our natural reaction is to start too early, particularly when we are nervous – but once mastered you will find that this technique eliminates many of the common pitfalls that interpreters encounter. For example, correcting oneself, restarting sentences, forgetting the grammatical structure of the beginning of long sentences and therefore not matching the end to it correctly etc.

Conference Interpreting Explained, Roderick JONES.

SOURCE: INTERPRETER TRAINING RESOURCES

High-level Interpretation

Dick FLEMING, former EU staff interpreter, reminisces about some of the high-level EU meetings he interpreted at during the 1980s and 1990s, work which was sometimes tough, often fascinating and- with hindsight- immensely rewarding. He describes the interpreting arrangements for such meetings then and now and suggests that young interpreters -particularly those with two active languages- should certainly not assume they will never have the opportunity to provide interpretation at such meetings.

Amanda GALSWORTHY, The Interview, BBC World Service.

President Sarkozy’s official interpreter Amanda GALSWORTHY has sat at the top table of international politics for nearly three decades, but her name has hardly ever appeared in print. It is part of her job to know everything, but to tell no one. Amanda Galsworthy has been the official interpreter for three French Presidents, Francois Mitterand, Jacques Chirac and now Nicolas Sarkozy. She talks to Owen Bennett-Jones about some of the extraordinary situations she’s found herself in as the President’s mouthpiece.

La voix de Madame

Il y a quelques années, j’accompagnais en Haïti une délégation de parlementaires européens conduits par une députée allemande. Les discussions compliquées par la situation critique du pays se tenaient, en consécutive doublée de chuchotage, dans des lieux peu propices à des réunions mais l’équipe très réduite d’interprètes, à la fois accablée et motivée par ce qu’elle voyait et entendait ne faiblissait pas à la tâche. Un soir, lors d’une conférence de presse, un journaliste d’une radio privée demande à la présidente de la délégation combien de nationalités sont représentées parmi les parlementaires européens. Je traduis la réponse- une énumération- dont la chute est : “et puis, il y a moi qui suis allemande”. Ce féminin déclenche immédiatement le fou rire du journaliste qui se tournant vers moi me demande, goguenard, si je suis “allemande”. Je réponds du tac au tac que “non, je suis la voix de Madame”.
 L’enregistrement in extenso de ce bref échange fit merveille lorsqu’il passa à la radio ; il me valut une célébrité certaine lors des entretiens, notamment, des conférences de presse ultérieures. L’ambassadeur de France m’en fit compliment et m’offrit une cassette – malheureusement inaudible – en souvenir. Être la voix de quelqu’un d’autre, toute la voix mais rien que la voix : voilà comment j’ai toujours conçu cette profession. C’est la modeste leçon que je ne me prive pas de répéter inlassablement aux étudiants que je rencontre un peu partout.
 Ces collègues en devenir devront avant toutes choses faire entendre dans leur interprétation non pas leur propre voix mais celle de leur maître : l’orateur ; en respectant scrupuleusement les règles de l’art, ils devront traduire fidèlement le message et restituer le ton et la personnalité de celui qui parle. Ce n’est pas facile tous les jours ; tous les orateurs ne sont pas naturellement doués.
Être la voix de quelqu’un d’autre requiert une certaine maturation. La notoriété ou l’importance des fonctions des orateurs est souvent perçue par nombre d’interprètes comme des facteurs valorisants voire grisants.
 Je ne partage pas entièrement cette philosophie; j’ai, au cours de ma carrière, traduit des chefs d’état ou de gouvernement, des prix Nobel. Pourtant, ils ne sont pas parvenus à me faire véritablement comprendre le fondement même de notre métier.
Je crois l’avoir véritablement compris en 1985, lors d’une conférence à Hambourg. Elle était organisée par un réseau européen d’instituts et d’organismes pilotés par une organisation danoise. Son slogan était fort mal choisi : “La normalisation et les handicapés mentaux”. L’objectif était de rendre attentif à la nécessité d’insérer les handicapés dans la société et de cesser de les parquer dans des institutions spécialisées. La Commission européenne avait apporté son concours sous la forme d’une équipe d’interprètes.
Le dernier jour de la conférence se produisit un incident très important. Alors qu’un professeur allemand s’apprêtait à débiter une longue communication dans le style guindé caractéristique de ce genre d’événement, la salle très grande du palais des congrès est lentement envahie par un cortège de personnes qui se révéleront être les intéressés eux-mêmes. Maladroitement (certains calicots sont tenus à l’envers), les manifestants parviennent jusqu’à la tribune et demandent à se faire entendre. Les organisateurs, désemparés en apparence, improvisent sur-le-champ une discussion à bâtons rompus avec les représentants des perturbateurs. J’utilise ce terme à dessein car leurs propos montrent combien parfois les messages les plus simples peuvent produire de grands effets. La discussion se déroule tant bien que mal; le leitmotiv est une vive protestation : la conférence parle à perte de vue des handicapés sans que ceux-ci n’aient la moindre occasion de s’exprimer, les organisations les ayant accompagnés à Hambourg pour les cacher dans des familles ou des institutions d’accueil. Cinq ou six protestataires s’expriment et la parole est donnée en dernier lieu à une jeune Anglaise.
 Son souvenir ne m’a pas quitté : je la revois encore, debout assez loin du micro, un physique ingrat dans un imperméable chiffonné; elle parle avec difficulté comme les autres; comme les autres, elle est intimidée, mais s’accroche. Je ne sais pourquoi, elle captive son auditoire. Au bout d’un long moment, elle termine son discours qu’elle a fait semblant de lire et qui n’est plus qu’un tortillon informe qu’elle tire de tous les côtés. La “gentille animatrice” improvisée la remercie et l’invite à s’asseoir, ce qui lui vaut immédiatement un très sec : “je n’ai pas fini”. Au bout d’un très long silence, je traduis : “j’ai autre chose à dire”.
Cette chose, elle la dit après avoir longtemps balancé et pris son courage à deux mains, avec toute la force de sa conviction, clairement et distinctement : “Je voudrais dire…. que je veux me marier et avoir des enfants”.
 Je ne peux ni ne veux décrire l’état dans lequel je me suis trouvé après avoir interprété ces quelques mots. D’emblée, cependant, je me suis rendu compte que ce court instant m’avait conféré l’honneur insigne d’être la voix de quelqu’un qui n’a pas droit à la parole.
Ce fragment de ma vie professionnelle en est resté, jusqu’à présent, le point culminant. Il y a quelques temps au hasard d’une émission de télévision, j’ai appris que, dans certains pays, en France, notamment, les handicapés mentaux, dans certaines conditions et avec un accompagnement social important, peuvent fonder une famille.
 Je ne sais ce qu’est devenue cette Anglaise dont je ne connais pas le nom, mais je me flatte que sa voix a été entendue.
Michel LESSEIGNE.
This article originally appeared in Communicate! – the AIIC webzine.
 

Starting simultaneous interpreting

Dick, formerly organiser of EU Commission interpreter training course and subsequently trainer of trainers, gives us a few tips for students about to start simultaneous interpretation.
Dick, antiguo organizador del curso de formación de intérpretes de la Comisión Europea y, desde entonces, formador de formadores, nos da algunos consejos para alumnos en iniciación a la simultánea.